Partie I : Une autre approche de la méditation

Une brève introduction

« Je pense 99 fois et ne découvre rien. Je cesse de penser, je me plonge dans le silence et la vérité m’apparaît. » – Albert Einstein

 À notre époque tout le monde parle de la méditation. Il y en a toute sorte. La méditation vipassana, la méditation de pleine conscience ou mindfulness, le yoga, la méditation Transcendantale et bien d’autres. Certaines vont s’appuyer sur une phrase à répéter, d’autre sur des exercices de respiration, de visualisation ou de concentration.

 Mais dans quel but ? à quoi cela sert-il ? Est-ce que certaines techniques sont plus adaptées que d’autres ?

Simplement, la méditation sert à atteindre un état d’esprit. C’est cet endroit en nous d’où provient notre inspiration la plus profonde. C’est ce lieu où réside notre identité la plus authentique, là ou nous nous sentons connecté à nous même. Ou le superflu s’évapore laissant germer la graine de notre âme.

Dans cet état nous ouvrons dès lors les porte de notre génie intérieur. Voici à ce propos ce que dit Tesla : « Mais l’instinct est quelque chose qui transcende la connaissance. Nous avons sans aucun doute certaines fibres plus fines qui nous permettent de percevoir les vérités lorsque la déduction logique, ou tout autre effort volontaire du cerveau, est futile. « 

Mais comment atteindre cette fibre ? Comment aller au-delà de notre cerveau ?

Il convient de démystifier le tableau de la méditation. Elle n’est pas réservée à des moines vivant dans une caverne au sommet de l’Himalaya. C’est une pratique à laquelle tout le monde peut s’adonner, à l’image d’un sport qui est bénéfique peu importe ce que nous faisons dans la vie. Elle est même nécessaire afin de se retrouver, de renaitre à soi. Car comment pourrions nous choisir ce qui nous est authentique lorsque nous sommes pris par un flot mental incessant ? Comment séparer les idées véhiculées par le conditionnement familial et sociétal vis-à-vis de ce que notre cœur souhaite au fond de lui ? Comment pouvons-nous seulement se reconnecter à cette voix ? Comment faire la différence entre notre égo et notre inspiration authentique ?

Dans le monde actuel hyperconnecté, ultra rapide, où nous sommes bombardés par des milliers d’informations différentes par jour, nous perdons accès à notre véritable identité. Nos pensées sont comme des vagues qui remue notre embarcation dans tous les sens. Nos avons beau fermer les yeux, cette agitation demeure. L’horizon ne nous est plus accessible. Nous devons lutter pour avancer…

Ces pensées sont comme une tempête de sable dans le désert, ne laissant voir plus qu’elles. C’est pourquoi nous leurs donnons toute notre attention. Tous les chemins semblent flous, nous n’avons plus de perspective, nous sommes perdus dans une prison d’image mentale. Mais nous sommes autant le geôlier que la victime.

« L’esprit intuitif est un don sacré et l’esprit rationnel est un serviteur fidèle. Nous avons créé une société qui honore le serviteur et a oublié le don. » Albert Einstein

Notre mental est un outil. C’est lui qui permet de nous organiser, de planifier, de raisonner. C’est une sorte d’ordinateur ultra puissant. Or nous lui laissons tout le pouvoir. Nous le regardons lui laissant nous montrer ce qu’il souhaite. Nous laissons la place du maitre à la machine.

Et celle-ci d’année en année contient de plus en plus de programme, qui sont bien souvent inutiles mais qui continuent à être exécuter en arrière-plan, consommant de la mémoire et perturbant le système dans tout son ensemble

C’est pourquoi il est bon de remettre tout cela à zéro. Comment pourrions-nous utiliser notre ordinateur si chaque jour nous lui installerions de nouveaux logiciels ? Il serait sur exploité….

Alors tel un jardin dans lequel nous voudrions cultiver, il est nécessaire de préparer la terre en enlevant par exemple toutes ces mauvaises herbes (qui représentent nos pensées). Mais celles-ci ont des racines très profondes. Alors, elles reviendront bien vite. C’est pourquoi, la pratique doit être continue. Afin que par le silence, nous puissions être en contact avec notre authenticité, et que nous choisissions les pensées qui nous conviennent. Ainsi toutes ces anciens souvenirs que l’on traîne parfois depuis l’enfance petit à petit auront moins d’impact dans nos choix. Nous ouvrons les portes de la liberté et nous devenons conscients d’un sens plus profond. De nouvelles voies apparaissent, la carte de notre perception s’élargit. De nouveaux choix sont maintenant possible.

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on email
Jonathan Avalosse

Jonathan Avalosse

Passionné par les états modifiés de conscience, ils ont bouleversé ma vie. Je suis écrivain, praticien en thérapie brève, en hypnose et en méditation.

Voir d'autres articles